Le Vin ligérien: Les douces glisses de Turquant

le vin ligerien

(…) « Même quand j’avais dix ans, je n’avais qu’une idée: accompagner mes proches dans les vignes. Il faut avoir travailler dans le vin sa propre production pour mesurer à quel point il s’agit d’une alchimie particulière » poursuit-il. « C’est magique. Quand on boit un verre de vin, on y sent la main et le travail du vigneron, on y lit la parcelle de terrain, son degré d’ensoleillement, les caractéristiques de son sol. Et puis après il y a tout ce qu’on parvient à maîtriser, mais auquel il n’y a d’autre choix que de s’habituer: la météo, les millésimes. Chaque vin est différent et affiche sa propre personnalité. »

Trop tôt pour savoir encore si ses enfants Charlotte, 18 ans et Antoine 16 ans, relaieront, eux aussi, la marque de fabrique Rétiveau. Laquelle d’ailleurs? « Dans les rouges, notre domaine où l’on travaille sur la base d’une agriculture raisonnée, a toujours eu la réputation d’être un excellent rapport qualité-prix tout en privilégiant les saveurs fruitées à la dégustation »(…)

Le Vin ligérien, septembre 2017